Carte blanche

Billet d'humeur,

Coup de gueule,

Votre opinion

entre 4 yeux... ou presque !


Un certain nombre de menaces pèse sur notre territoire

Mars 2016

 

A l'origine, le choix d'aller vers un PNR Sainte-Baume était que ce projet de territoire correspondait le mieux à la préservation d'un espace naturel remarquable dans le contexte d'une pression urbaine de plus en plus importante dans un milieu déjà fortement anthropisé.

 

Dans un premier temps, l'habitat pavillonnaire a colonisé l'espace avec une politique d'urbanisme qui a répondu à une demande sans trop se poser de questions.

 

Cette densification et ce mitage ont eu pour conséquence de ronger progressivement les terres agricoles et, par voie de conséquence, de faire disparaitre les agriculteurs. Des problèmes de transmissions et surtout le prix du sol (potentiellement constructible) ont enlevé l'outil de travail à une profession. Dans certaines communes, l'agriculture est résiduelle.

 

Le rouleau compresseur étant en marche, les espaces naturels ont fait l'objet de toutes les convoitises. On peut observer maintenant que les communes se rejoignent par leurs constructions sur les flancs de colline.

Le cœur du massif est maintenant impacté par les centrales photovoltaïques, nouvelle manne financière pour les communes, en difficultés, du fait de l'accroissement de la population et des besoins qui en découlent : écoles, stations d'épurations, routes, frais de fonctionnements, etc.

 

Pour s'occuper du reste, voila les centrales à biomasse, dernière invention de la transition énergétique. Les Alpes Maritimes ont besoin d'électricité pour faire fonctionner leurs climatiseurs et ascendeurs, pas de problèmes, nos forêts sont là.

 

Sachant que nous sommes dans le rayon d'action de 3 centrales, qui ont des besoins énormes, on ne peut que s'inquiéter sur le devenir de nos forêts.

 

Heureusement voila l'avant-projet de Charte, une petite bouffée d'oxygène dans ce monde de brutes, espérons qu'elle contribuera à faire prendre conscience, et surtout qu'elle se transforme dans les faits en un projet qui finisse par concilier la protection de notre environnement et l'activité humaine.

 

L'homme ne doit pas être au cœur du parc, il doit laisser un peu de place à la nature sauvage, car cette nature est en nous et concourt à notre équilibre.

 

Pierre VENEL, responsable de la commission "Agriculture"